Selrahc's Ruby

Un voyage au monde du vin – A journey through the world of wine

Archive for the tag “vin”

Beau gadget pour Noël / Nice gadget for Christmas: Coravin

Un beau gadget pour Noël (bien que plutôt dispendieux) / A nice gadget for Christmas (although rather expensive):

Coravin: An Industry Game Changer.

Advertisements

Jabulani Vineyard and Winery – The Reds / Les Rouges

La version française suit l’anglaise.


And now, for the reds from Jabulani Vineyard & Winery! Their website lists seven red wines and I tasted three during my visit.

  • Marquette Shiraz 2011

    Its opaque colour is a beautiful ruby with a slight pink rim. Its complex nose offers complex aromas of cassis, cherries, dark chocolate, pepper Cambodia, and a small vegetable side.
    In the mouth, it is a wine with round tannins, well integrated alcohol, and with flavours of cherry, chocolate, white pepper and mint. Its finish is medium long with cassis and pepper.
    In general, this wine is interesting and would be well received accompanying grilled steak or even grilled duck with a little pepper sauce. One might even consider a half-baked dark chocolate cake flavoured with Espelette!
    Some have guessed, but the syrah involved in the production of this wine (and the next) is not from Ottawa but Niagara.

  • Marquette Vintner’s Reserve Shiraz 2010

    Its opaque colour is a beautiful ruby with purple reflections. Its complex nose offers complex aromas of pepper, vanilla, and chocolate.
    In the mouth, it is a wine with soft tannins, integrated alcohol, and with flavours of black licorice (anise), black pepper, and blackberries and other dark fruits. Its finish is long in spices and vanilla.
    In general, this wine is well balanced and very pleasant. Drink with grilled filet mignon or lamb roast.

  • Marquettage 2011

    Playing on the themes of Marquette and Meritage, the name that Californians have given assembly Bordeaux, the winemaker offers us a collection of Marquette (58%), Merlot (16%), Frontenac Black ( 12%), Syrah (10%) and Cabernet Sauvignon (4%).
    Its ruby colour is opaque. The nose offers aromas of pepper, blackberries, and smoke.
    In the mouth, it is an almost fresh wine with soft tannins, with fruit flavours of cassis, blackberry and black cherry. Its finish is long in black cherries.
    This wine is also interesting because it made it difficult for me to analyze it because of its changing taste profile – each sip seemed to show a slightly different flavour profile. It could be an interesting wine to use in gastronomy!

And that concludes this overview of Jabulani Vineyard & Winery! Until next time!


Et maintenant, place aux rouges de chez Jabulani Vineyard & Winery ! Leur site web liste sept vins rouges et j’en ai gouté trois lors de ma visite.

  • Marquette Shiraz 2011

    Sa robe opaque est d’un beau rubis avec un léger pourtour rosé. Son nez complexe nous offre des arômes complexes de cassis, de cerises, de chocolat noir, de poivre cambodgien, et d’un petit côté végétal.
    En bouche, on trouve un vin aux tannins ronds, à l’alcool bien intégré, et présentant des saveurs de cerises, de chocolat, de poivre blanc, et de menthe. Sa finale est moyennement longue en cassis et poivre.
    En général, ce vin est intéressant et serait bien reçu accompagnant avec un steak grillé ou même avec un canard grillé avec une sauce un peu poivrée. On pourrait même considérer un mi-cuit au chocolat amer aromatisé à l’Espelette !
    Certains l’auront deviné, mais la syrah entrant dans la réalisation de ce vin (et du suivant) ne provient pas d’Ottawa, mais du Niagara.

  • Marquette Shiraz Vintner’s Reserve 2010

    Sa robe opaque est d’un beau rubis avec des reflets pourpres. Son nez complexe nous offre des arômes complexes de poivre, de vanille, et de chocolat.
    En bouche, on trouve un vin aux tannins souples, à l’alcool intégré, et présentant des saveurs de réglisse noire (anis), de poivre noir, et de mûres, et autres fruits noirs. Sa finale est longue en épices et en vanille.
    En général, ce vin est bien équilibré et très plaisant. à boire avec un filet mignon grillé ou de l’agneau rôti.

  • Marquettage 2011

    En jouant sur les thèmes du Marquette et du Méritage, ce nom que les Californiens ont donné à l’assemblage Bordelais, le maitre de chaix nous propose un assemblage de Marquette (58 %), de Merlot (16 %), de Frontenac Noir (12 %), de Syrah (10 %) et de Cabernet Sauvignon (4 %).
    Sa robe rubis est opaque. Son nez nous offre des arômes de poivre, de mûres, et de fumée.
    En bouche, on retrouve un vin presque frais, aux tannins souples, présentant des saveurs fruitées de cassis, de mûres, et de cerises noires. Sa finale est longue en cerises noires.
    Ce vin est aussi intéressant du fait qu’il m’a rendu l’analyse difficile due à son aspect changeant : chaque gorgée me semblait démontrer un profil gustatif légèrement différent. ça pourrait être un vin intéressant en gastronomie !

Et voilà qui conclut cet aperçu de Jabulani Vineyard & Winery ! À la prochaine !

Jabulani Vineyard and Winery – The Whites / Les Blancs

La version française suit l’anglaise.


As I mentioned in my previous blog entry, I’ll now be talking about some of the wines from Jabulani Vineyard & Winery, one of the two vineyards within the city limits Ottawa.

Let’s start this discussion with the whites. Although their website lists seven white wines, I have only tasted three during my visit.

  • Frontenac Gris 2012

    This wine is 100% Frontenac Gris grapes from the property.
    Its bright yellow colour is a little pale and its nose a little discreet, offering aromas of pineapple and white flowers.
    On the palate, we find a lively acidity and flavours of tropical fruits such as papaya, pineapple, and lime. Its finish is rather long in lime.
    Overall, it is a well balanced wine where the nose and mouth are in harmony.
    Serve with fish lake (e.g., pickerel) fried.

  • Riesling Frontenac Gris 2012

    This wine is mostly based Riesling which a good portion of Frontenac Gris is added. I have not seen mention of Riesling on the vines of the property and the grapes may have been provided to Niagara, like some of their red grapes.
    Its colour is a very pale yellow and its nose does not hide the ephemeral Riesling hydrocarbon aromas, followed by more persistent aromas of yellow apple and apricots.
    On the palate, we find lively acidity, a pleasant minerality, and flavours of pear and green apple. Its finish is long where we find that the green apple quickly turns into grapefruit.
    Overall, this wine has good balance even though I found it to be less harmonious than the previous.

  • Sauvignon Blanc & Frontenac Gris 2011

    You might have guessed that this wine is a blend of Sauvignon Blanc (mainly) and Frontenac Gris. Again, I have not seen mention of Sauvignon Blanc from the vineyards of the property.
    Its bright colour is pale yellow and its pleasant nose offers complex aromas of peaches, fresh asparagus and candy (light caramel).
    We find a fresh acidity on the palate, supported by a distinct minerality and accompanied by complex flavours of green apples, white pepper, and blood orange. Its pleasant finish is long reminding me of Meyer lemons.
    This wine is certainly the one that showed the most complexity amongst their whites.
    I’d like to try this wine with oysters, especially those from the West Coast.

  • Jerepigo (non-vintage)

    This wine stands apart from other white wines, because it is a wine of “South African Port” style. – Not to be confused with the Porto of Portugal.
    Its bright color is a beautiful straw color. Its complex nose offers aromas of figs, dried fruits (dried apricots), dates, and candied lemon.
    On the palate, we have a sweet wine with generous alcohol and flavours of apricots, nuts (almonds), dates, and raisins. Its finish is long with grilled nuts (almonds).

The next blog will deal with the Reds!


Comme je l’ai mentionné dans mon blogue précédent, je vous fais visiter Jabulani Vineyard & Winery, un des deux vignobles situés à l’intérieur des limites de la ville d’Ottawa.

Commençons cette discussion par les vins blancs. Bien que leur site web liste sept vins blancs, je n’en ai gouté que trois lors de ma visite.

  • Frontenac Gris 2012

    Ce vin à 100% Frontenac Gris provient des raisins de la propriété.
    Sa robe brillante est d’un jaune un peu pâle et son nez un peu discret nous offre des arômes d’ananas et de fleurs blanches.
    En bouche, on retrouve une acidité vive et des saveurs de fruits tropicaux tels la papaye, l’ananas, et la limette. Sa finale est plutôt longue en limette.
    En général, c’est un vin bien équilibré où le nez et la bouche se retrouvent en harmonie.À servir avec du poisson de lac (e.g., doré) poêlé.

  • Riesling Frontenac Gris 2012

    Ce vin est majoritairement à base de Riesling auquel une bonne portion de Frontenac Gris est ajoutée. Je n’ai pas vu mention de Riesling sur les rangs de vignes de la propriété et ce raisin pourrait avoir été procuré au Niagara, comme certains de leurs raisins rouges.
    Sa robe est d’un jaune très pâle et son nez ne cache pas le Riesling par ses éphémères arômes d’hydrocarbure, suivis d’arômes plus persistants de pomme jaune et d’abricots.
    En bouche, on retrouve une acidité vive, un aspect minéral plaisant et des saveurs de poire et de pomme verte. Sa finale est longue où l’on retrouve la pomme verte qui se transforme rapidement en pamplemousse.
    En général, ce vin présente un bon équilibre bien que moins harmonieux que le précédent.

  • Sauvignon Blanc & Frontenac Gris 2011

    Vous aurez deviné que ce vin est un assemblage de Sauvignon Blanc (majoritaire) et de Frontenac Gris. Encore une fois, je n’ai pas vu mention de Sauvignon Blanc parmi les vignes de la propriété.
    Sa robe brillante est d‘un jaune pâle. Son nez plaisant nous offre des arômes complexes de pêches, d’asperge fraiche et de bonbon.
    Une acidité fraiche nous attend en bouche, supportée par une minéralité distincte, et accompagnée de saveurs complexes de pommes vertes, poivre blanc, et d’orange sanguine. Sa finale plaisante est longue en citron Meyer.
    Ce vin est certainement celui qui a démontré le plus de complexité chez leurs blancs.
    J’aimerais bien essayer ce vin avec des huitres, et surtout celles de la côte ouest.

  • Jerepigo (non-millésimé)

    Ce vin se tient à part des autres vins blancs, car il s’agit d’un vin de style « South African Port ». – à ne pas confondre avec le Porto du Portugal.
    Sa robe brillante est d’une belle couleur paille. Son nez complexe nous offre des arômes de figues, de fruits secs (abricots secs), de dattes, et de citron confits.
    En bouche, on trouve un vin doux ayant un alcool généreux et des saveurs d’abricots, de noix (amandes), de dattes, et de raisins secs. Sa finale est longue en noix (amandes) grillées.

Le prochain blogue traitera des Rouges!

Hinterland Wine Company at the Wellington Gastropub

La version française suit l’anglaise.


On Saturday night, January 19, my spouse and I attended the “Wellington Gastropub hosts Hinterland Wine Company” event.

Readers of this blog may remember that I have previously reviewed some of Hinterland’s offerings. This dinner event was an occasion for us to try some of their latest offerings, the Wellington Gastropub (where we had wanted to dine for quite some time), and the pairings that we would be offered (since wine is always more enjoyable with food and in good company). This may be my first wine/food combined blog entry, but I would hope it will not be the last!

The dinner was held in the restaurant’s White Room, which is a more intimate dining area that boasts a communal table – ideal for such an event. There were five couples in attendance, along with the owners of Hinterland.
Dinner guests were welcome with a glass of Hinterland’s Whitecap 2011 … from a keg! Yes, you read that right, from a keg, on tap, like beer! It’s an experimental delivery method Hinterland is trying in collaboration with the wellington Gastropub, which is already well equiped for the dispensing of beers. Now the Whitecap is a Method Charmat sparkling wine, so it already has less bubbled than a Method Traditional wine and that may help with the lower pressure achievable in a keg. Indeed, the wine did have less bubbles than if it were served straight out of a bottle, but the cream was still detectable in the mouth and was even pleasant when encouraged with a little mouth action. This is still a very nice wine that reminded me of a good hard cider, but with a lot more more creaminess and persistance, and a fresh almonds finish that may belie its age (a bit of oxydation, perhaps). Hinterland’s winemaker was saying that this was just a first step and that they still have some tweaking to do – I think it is an interesting concept that could very well see a following, especially in hot summer days where it would be a great alternative to light white wines and beers! I would encourage you to go try it and make up your own mind.

The evening’s meal started with cured Lois Lake steelhead salmon with crab mayonnaise, sunchoke chips, and pickled asparagus paired with Whitecap 2012 Method Charmat. This vintage of the Whitecap is much more fruit forward than the 2011 with aromas and flavours of apple, peach, and a finish in blood orange and its sharp acidity was a good match to both the cured fish and the marinated asparagus, highlighting even more of the wine fruitiness. Its bubbles were also more present than those of the “kegged” 2011, which is as expected, delivering a nice creamy mouthfeel enhancing the texture of the salmon.

The meal continued with a beet risotto with Acadian sturgeon, crème fraiche, and sour cherries served with Hinterland’s Rose 2007 Method Traditional. This sparkling wine, done in the tradditional method like Champagnes, showed nice, persistent, small bubbles that aggregated along the rim of the glass and provided the dinners with aromas of cherries and mulled wine spices that paired wonderfully with the earthiness of the beets and complemented the sour cherries. The sturgeon caviar added a wonderfully salty component and the crème fraiche added a level of freshness to the silky, buttery texture of the risotto, both complimented by the creamyness of the wine.

The main for dinner was veal sweetbreads with an orange-ginger glaze, smoked onion purée, bread pudding, and watercress served with Les Étoiles 2009 Method Traditional. Dinners afraid of the sweetbreads (which are not for everyone) could select other choices from the menu. The sweetbreads were easily amongst the best I’ve ever had and the pairing with Les Etoiles, with its fine persistent bubbles, crisp apricot/citrus acidity and freshness cutting through the richeness of the meat, was inspired. The wine’s nutty, brioche profile was also a good match for the bread pudding served alonside the sweetbread (plus the amusement in serving sweetbread with sweet bread…).

Finally, for dessert, we were served a vanilla panna cotta with stewed rhubarb and an oat tuile accompanied with Ancestral 2012 Method Ancestral (Method Ancestral). This last wine is actually a “sec” sparkling, meaning it does have sweetness to it. Some might call it “off-dry”. It offered aromas and flavours of field strawberries that complimented very well the simple vanilla of the panna cotta.

Of course, this evening was made even better by the presence of Hinterland’s owners and winemaker, Vicki and Jonas, whose wonderful conversation and unending passion for their craft made this occasion even more memorable! And also thanks to the Wellington Gastopub’s chef, Chris, and his staff for the wonderful food they served!


Le samedi soir, 10 janvier, ma conjointe et moi sommes allés au “Wellington Gastropub hosts Hinterland Wine Company“.

Les lecteurs de ce blog se souviendront que j’ai déjà passé en revue certaines des offres de la Hinterland Wine Company. Ce dîner était une bonne occasion pour nous d’essayer quelques-unes de leurs plus récents milléssimes, en plus du restaurant Wellington Gastropub (où nous avions voulu manger depuis déjà un certain temps), et bien sur des accords mets et vins qui nous seraient offerts. Et bien sur, le vin est toujours plus agréable avec de la bonne nourriture et en bonne compagnie. C’est peut-être le premier blogue combinant vins et aliments, mais je ne crois pas que ce ne soit pas la dernière!

Le dîner a eu lieu dans la salle blanche (“White Room”) du restaurant, qui est une salle à manger plus intime où se trouve une grande table commune idéale pour un cette soirée. Quatre autres couples étaient présents, ainsi que les propriétaires de Hinterland.

Les convives furent accueillis par un verre de Hinterland Whitecap 2011 … servi à partir d’un fût! Oui, vous avez bien lu, à partir d’un fût, avec un robinet, comme pour la bière! Il s’agit d’une méthode de livraison expérimentale que Hinterland met à l’essai en collaboration avec le wellington Gastropub, ce dernier étant déjà très bien équipée pour la distribution de bières. La Whitecap est un vin mousseux utilisant la méthode Charmat, il a déjà moins d’effervescence qu’un vin de méthode traditionnelle et peut être alors plus compatible avec ce système de distribution où le fût ne peux supporter une trop haute pression. En effet, le vin démontre moins de bulles que si servi de la bouteille. Heureusement, en bouche, on retrouvait une crème amoindrie mais agréable. C’est encore un très joli vin qui rappel un bon cidre, mais avec beaucoup plus d’onctuosité et persistance. Une finale fraîche en amandes qui peut démentir son âge (un peu d’oxydation, peut-être). Les propriétaires d’Hinterland indiquaient qu’il ne s’agissait que d’un premier test et qu’il y a encore quelques ajustements à faire. Je crois quu’il s’agit d’un concept intéressant qui pourrait être très intéressant, en particulier durant les chaudes journées d’été où il serait une excellente alternative aux vins blanche et aux bières légères! Je vous encourage à aller l’essayer et à former votre propre opinion.

Le repas commenca avec de saumon Steelhead fumée du lac Lois avec de la mayonnaise au crabe, des chips de topinambour, et des asperges marinées jumelé au Whitecap Méthode Charmat 2012. Cette cuvée de la Whitecap nous présente un fruit beaucoup plus prononcé que le milléssime 2011, avec des arômes et des saveurs de pomme, de pêche, et une finale à l’orange sanguine, le tout acccompagné par une acidité vive, offraient un bon complément à la fois au poisson fumé et aux asperges marinées, soulignant bien le fruité du vin. Conforme aux attentes, ses bulles sont aussi plus présentes que celles de la 2011 en fût, offrant une sensation crémeuse et agréable en bouche, améliorant la texture du saumon.

Le repas se poursuivi avec un risotto de betteraves accompagné d’esturgeon acadien, de crème fraîche, et de griottes, servi avec Hinterland Rosé 2007 Méthode Traditionnelle. Ce vin mousseux, utilisant la méthode tradditional, comme en Champagne, nous montre des petites bulles agréable et persistantes formant d’élégants nuages au pourtour du verre. Il nous offre des arômes de cerises et d’épices de vin chaud qui complémentent à merveille la truculence des betteraves et l’acidité des griottes. Le caviar d’esturgeon ajouta une composante merveilleusement salé et la crème fraîche, à la texture soyeuse, un niveau de fraîcheur et une onctueusité supplémentaire au risotto, complimenté aussi par l’aspect crèmeux du vin.

Le plat principal du dîner était ris de veau avec un glaçage gingembre-orange, une purée d’oignons fumés, du pouding au pain, et du cresson, servi avec Les Étoiles 2009 Méthode Traditionnelle. Quelques convives optèrent pour un choix autre que les ris de veau (qui, il faut l’avouer, ne sont pas pour tout le monde). Les ris de veau servis se retrouvent facilement parmi les meilleurs que j’ai eu la chance de manger et, l’accord avec les Étoiles, avec ses fines bulles persistantes, son acidité mordante en abricot et agrumes et sa fraîcheur tranchante contre la richesse de la viande, est inspiré. Le côté noix et brioche du vin était aussi un bon accord avec le pouding au pain servi avec le ris de veau.

Enfin, pour dessert, on nous a servi une panna cotta à la vanille avec compote de rhubarbe et tuile d’avoine, accompagnée d’Ancestral 2012 Méthode ancestrale (méthode ancestrale). Ce dernier vin est en fait un mousseux “sec”, imdiquant unvin moins sec que les précédents (qui étaient plutôt “Brut”). Certains pourraient même appeler celà «demi-sec». Il offre des arômes et des saveurs de fraises des champs qui complimentent très bien la vanille de la panna cotta.

Bien sûr, cette soirée a été rendue encore plus intéressante par la présence des propriétaires d’Hinterland, Vicki et Jonas, avec leur passion indiscutable pour leur vins et leur merveilleuse conversation, a fait de cette occasion un moment inoubliable! Et aussi grâce à au chef du Gastopub Wellington, Chris, et sa brigade pour l’excellente de leur cuisine et de leur service!

Sooooo busy…

It’s been a crazy end of year at work and I have not had the time I wanted to post more. I am also realising that posted in two languages is a lot of work! So I’m starting again, but you may start seeing the occasional posts in a single language…


Ce fut une fin d’année plutôt folle au bureau et je n’ai pas pu trouver le temps nécessaire a écrire plus de blogues. Je me suis aussi rendu compte que tout faire en deux langues prend beaucoup de temps! Alors me voici de nouveau, mais il se pourrait bien que certaines entrées ne soient que dans une langue…

Prince Edward County 2012 – Exultet Estates – Cru X Rosé 2011

La version française suit l’anglaise.


And now for the third wine review from Exultet Estates:

Cru X Rosé 2011

A blend, a little unusual for me, of 60% Pinot Noir and 40% Vidal. This type of rosé blend, made with Pinot Noir, may become my favorite rosés!

This wine is a nice salmon in colour, with a rather closed nose where you can still find cherries and purple flowers (e.g., violets). On the palate, this medium-dry wine has a fresh acidity with flavors of cherry, black licorice, anise, and pepper. Its finish is long in sour cherries.

Ready to drink now, or keep for next summer.


Et maintenant, voici l’évaluation du troisième vin de chez Exultet:

Cru X Rosé 2011

Un assemblage, pour moi un peu inusité, de 60% Pinot Noir et 40% Vidal. Ce type d’assemblage, à base de Pinot Noir, pourrait devenir mon favori pour les rosés!

Sa robe saumon et limpide est suivie par un nez plutôt fermé où on trouve tout de même de la cerise et des fleurs mauves (e.g., violettes). En bouche, ce vin demi-sec présente une acidité fraiche à vive et des saveurs de cerise, de réglisse noire, d’anis, et de poivre. Sa finale est longue en cerises amères.

À boire maintenant ou à conserver pour l’été prochain.

Prince Edward County 2012 – Exultet Estates – Cru X White Light 2011

La version française suit l’anglaise.


As promised, here is the first wine review from Exultet Estates: Exultet Cru X White Light bottle

Cru X White Light 2011

A blend of 80% Vidal and 20% Pinot Noir.

A beautiful light wine, this blend shows us his Vidal legacy through aromas of peaches and white flowers, but also shows its Pinot Noir legacy with a background hint of small red fruit. On the palate, this fresh, semi-dry wine shows the peach and floral quality observed by the nose, as well as a fresh Meyer lemon acidity and a slight minerality of oysters shells. Its finish is long in slightly sour peaches.

An excellent wine to enjoy on the patio in the summer.


Tel que promis, voici la première évaluation d’un vin de chez Exultet:

Cru X White Light 2011

Un assemblage à 80% Vidal et 20% Pinot Noir.

Un très beau vin léger, cet assemblage nous montre bien sûr son côté Vidal au travers de ses arômes de pêches et de fleurs blanches, mais aussi laisse transpirer son héritage de Pinot Noir avec un soupçson de petit fruit rouge en arrière plan. En bouche, ce vin frais et demi-sec, exprime la pêche et le floral trouvée au nez, ainsi qu’une acidité fraîche en citron Meyer et une légère minéralité en coquille d’huitres. Sa finale est longue, en pêches acidulées.

Un excellent vin à déguster l’été sur le patio.

Capuchino – Jerez Palo Cortado Viejísimo, Vejez calificada Superiore a 30 años

Une découverte impressionante!

Lors d’un voyage d’affaire à Barcelone (oui…en Espagne), je décidai de visiter un magasin de vins. Une recommandation m’amena à Celler de Gelida – une institution tenue de père en fils depuis 1895. Paraissant toute petite depuis la rue, la boutique contient un étonnant assortiment de vins et spiritueux. Après une courte attente afin de trouver quelqu’un qui parlait anglais – le peu d’espagnol nord-américain que je connais ne faisant pas le poids, on me recommanda quelques vins, dont celui discuté ici.

À l’oeil, on trouve un vin acajou (brun/ambré), assez clair, et lumineux, assez typique des Palo Cortado.

Cet examen visuel est suivi d’un nez très complexe et expressif: amandes, café, caramel au beurre, yaourt, réglisse, clou de girofle, poivre, vanille, menthe, d’eucalyptus, et même une pointe d’orange séchée. Une introduction excitante à ce que nous promet la bouche!

En bouche, on trouve un vin sec avec une belle acidité un peu pointue. Chaud et ample, présentant une structure élégante. Honnête, on y retrouve des saveurs de chocolat noir amer, café, vanille, clou de girofle, paprika fumé, caramel salé, et de noix de Grenoble. La finale est agréable, de longueur moyenne-longue en caramel salé et chocolat amer. Le tout est très harmonieux et impressionnant!

Si j’aurais à faire des accords, j’essaierais un jambon cuit au clou de girofle et sirop d’érable ou des fromages affinés servis avec un assortiment de noix.

Ce vin est prêt à boire maintenant. Il faut aussi noter qu’il s’oxyde assez rapidement une fois ouvert – à boire dans les quelques jours qui suivent l’ouverture, peut être une semaine si réfrigérer.

Si vous aimer les Jerez et avez la chance d’essayer un vieux Palo Cortado, n’hésitez pas!


An impressive discovery!

During a business trip in Barcelona (yes…Spain), I decided to visit a wine store. A recommendation led me to Celler de Gelida – an institution passed from father to son since 1895. Looking deceptively very small from the street, the shop contains an amazing assortment of wines and spirits. After a short wait to find someone who spoke English – what little Spanish I could muster was nowhere enough – I was recommended a few wines, including the one discussed here.

To the eye, one finds a mahogany (brown/amber) wine, fairly clear and bright, typical of Palo Cortado.

This visual inspection is followed by a very complex and expressive nose: almond, coffee, toffee, yogurt, licorice, clove, pepper, vanilla, mint, eucalyptus, and even a touch of dried orange. An exciting introduction to what its fast promises to be!

On the palate, we find a dry wine with good, present acidity. Warm and full, with an elegant structure. Honest, we find flavors of bitter dark chocolate, coffee, vanilla, cloves, smoked paprika, salted caramel, and walnuts. The medium to long finish is pleasant, of salted caramel and bitter chocolate. Everything is very smooth and impressive!

If I would have to make food pairings, I would try a baked ham with cloves and maple syrup or ripened cheeses served with an assortment of nuts.

This wine is ready to drink now. Also note that it oxidizes fairly quickly once opened – to drink in a few days after opening, may be a week if refrigerated.

If you love Jerez and have the chance to try an old Palo Cortado, do not hesitate!

Veramonte Sauvignon Blanc 2010

For my first review, I’ll be going to Chili. This is not a general preference, just what I opened this weekend.

Veramonte Sauvignon Blanc Reserva 2010

On the nose, we find, at first, notes of pink grapefruit and of some green pepper (which I often find in Chilean Sauvignon Blancs). The herbaceous green pepper smell would seem to indicate that the wine is still a bit young. After the first aromas, we can discern some white flowers and a nice underlying minerality – chalky in a good way.

On the palate, we find a properly balanced crisp acidity where the aromas we had on the nose, except for the pepper, are well represented. The alcoho,l present but not excessive, confirms the “Reserva” indication found on the bottle.

In general, a proper wine that would serve well with dishes that include a little lemon.


Pour mon premier commentaire, je me dirige vers le Chili. Ce choix fut fait non par préférence pour les vins chiliens, mais tout simplement parce qu’il s’agit du vin ouvert ce week-end.

Veramonte Sauvignon Blanc Reserva 2010

Au nez, on retrouve en premier des notes de pamplemousse rose et de poivron vert (souvent présent dans les Sauvignon Blancs du Chili). Le côté herbacé du poivron vert pouvant suggérer un vins encore jeune. Ces arômes sont suivi par de la fleur blanche et une certaine minéralité agréable de craie.

En bouche, on retrouve une acidité vive supportant un équilibre correct où le nez, à part pour le poivron, est bien représenté. Un alcool présent, sans être excessif, confirme la mention “Reserva”.

En général, un vin correct qui se servirait bien avec des plats un peu citronnés.

Post Navigation

%d bloggers like this: